Retour vers Notre blogue

Au secours : mon enfant déteste son prof !

Écrit par : School Success

22 janvier 2016

Même si on ne le souhaite pas, il peut arriver que votre enfant ne s’entende pas bien avec son professeur. Quand on sait qu’un élève passe environ 180 jours avec lui, c’est à son avantage de régler le problème le plus vite possible.

Des réactions à éviter

Vous ne pouvez pas imposer à votre enfant d’aimer son professeur. Vous, est-ce que vous aimez votre patron ? Tous vos collègues ? Tous vos voisins ? Sûrement pas. Donc, rappelez-vous qu’il est normal de ne pas aimer tout le monde.

Réaction tout à fait opposée : vous serez peut-être tenté de vous précipiter à l’école pour rencontrer l’enseignant, voire demander à la direction de changer votre petit chéri de classe. En réagissant ainsi, vous envoyez un mauvais message à votre enfant. Rejeter la faute sur quelqu’un ou faire disparaître le problème ne sont pas des façons de régler les conflits.

De plus, cette surprotection l’empêchera de développer des mécanismes d’adaptation. Il pourrait en arriver à constamment éviter ou fuir les situations où il doit collaborer avec des gens qui ne lui plaisent pas. À long terme, cela peut signifier abandons de cours au cégep, fréquents changements d’emplois, ruptures amoureuses à répétition…

Être à l’écoute

Posez des questions à votre enfant. Cherchez à comprendre ce qu’il reproche à son professeur. Ce peut être n’importe quoi : il est trop sévère, il donne trop de devoirs, il a une haleine de cigarette.

Montrez-lui que vous l’écoutez, mais évitez de prendre parti ouvertement en disant : « Je te comprends; ça n’a pas de bon sens! » ou à l’inverse : « Bien voyons, je pense que tu exagères. Madame Marie-Claude n’est pas comme ça. »

Vous avez déjà eu un conflit avec un prof ? C’est le moment de lui en parler et de lui expliquer comment vous avez réagi ou réglé la situation.

Être ferme

Ne pas aimer son professeur n’est pas une excuse pour être impoli ou déranger la classe. Alors, soyez ferme : il doit respecter l’autorité de son enseignant.

Lorsque la situation s’aggrave

La plupart du temps, les jeunes prennent leur mal en patience et arrivent à composer avec un professeur qu’ils n’aiment pas. Par contre, il arrive que la situation s’aggrave et qu’on doive prendre des mesures. Voici les signaux à surveiller :

  • Signes de dépression ou d’anxiété;
  • Refus d’aller à l’école;
  • Baisse des résultats scolaires.

La relation avec l’enseignant n’en est peut-être pas l’unique cause, mais il est préférable d’aborder le problème avec ce dernier (ou la direction) qui vous proposera des pistes de solution.

Et si le fautif, c’est vraiment le professeur ?

Un conflit de personnalité entre un enfant et son enseignant, ça arrive et on ne peut rien y faire. Toutefois, certains comportements ou attitudes sont inacceptables :

  • Favoritisme : les fameux « chouchous » ! Les profs sont humains et ont droit à leurs préférences. Toutefois, ils ne devraient jamais les laisser transparaître.
  • Irrespect et humiliation : Des phrases comme « Si tu continues comme ça, tu ne réussiras jamais. » sont inadmissibles.
  • Impatience : De mauvais jours, ça arrive à tout le monde… pourvu que « mauvais jours » ne  rime pas avec « toujours ».

Vous avez analysé la situation de façon objective et vous en arrivez à la conclusion que l’enseignant de votre enfant a une attitude inappropriée ? Une petite discussion entre adultes s’impose. Restez poli et expliquez calmement votre point de vue. Il se peut que ce soit un malentendu. Il n’est peut-être pas si sévère que ça après tout.

Votre enfant peut être dans le vrai aussi. Si l’enseignant collabore, vous en viendrez sûrement à un terrain d’entente. Toutefois, s’il refuse de vous écouter ou de coopérer, tournez-vous vers la direction de l’école. Encore une fois, gardez la tête froide et restez le plus rationnel possible (même si c’est difficile, on en convient !). Évitez de vous laisser envahir par les émotions : cela nuirait à votre crédibilité. Soyez clair et donnez des exemples concrets.

Sur ce, bonne chance !

Cet article est une collaboration de Succès Scolaire, une entreprise vouée à la réussite scolaire des élèves des niveaux primaire, secondaire et collégial. Succès Scolaire offre des services d’aide aux devoirs, de rattrapage scolaire, d’enrichissement et de préparation aux examens.

Prochain article

La dyscalculie d’Émilie

Par Marielle Potvin

Les parents d’Émilie viennent d’apprendre que leur fille est atteinte de dyscalculie. Le neuropsychologue qui le leur a annoncé a mis fin à quelques années de doutes et d’interrogations, autant de la part des enseignants d’Émilie, qui la croyaient paresseuse, que de ses parents. La fillette, maintenant en troisième année, en est soulagée. Elle peut enfin mettre un nom sur ses difficultés: la dyscalculie.

Chat