Retour vers Notre blogue

Bébé devant les écrans : quels sont les effets?

Écrit par : Isabelle Lessard

5 avril 2019

En général, les parents savent que trop de temps passé devant la télévision, les tablettes et autres écrans nuit au développement des bébés. Mais « trop », c’est vague… Qu’en est-il au juste, quels sont les effets réels des écrans sur les tout-petits? Et quelle est la recommandation officielle à suivre? Voici les faits.

Retard au niveau de la réflexion et du langage1

On le dit soi-même, on s’assoit souvent devant un écran pour « mettre son cerveau à off ». Pour bébé, c’est la même chose. Regarder passivement un écran diminue le temps qu’il consacre à réfléchir (par exemple, apprendre à faire des liens logiques) et à interagir, ce qui est essentiel au développement du langage.

Difficultés d’apprentissage 

Il a été démontré qu’un enfant qui apprend à empiler des blocs sur un iPad (donc en image, en 2 dimensions) ne sera pas meilleur pour autant à en empiler dans la réalité, en 3 dimensions2. Un enfant qui passe peu de temps à bouger, à explorer et à bricoler se représente moins bien son corps dans l’espace et pourrait vivre des difficultés d’apprentissage à la maternelle3.

Effets physiques : sommeil moins réparateur et obésité

Plusieurs études synthétisées dans un rapport de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)4 ont démontré que la lumière bleue qui émane des écrans nuit à la qualité du sommeil, et ce, tous âges confondus. Il a également été prouvé que le temps passé devant les écrans engendre une habitude de sédentarité, ce qui prédispose à l’obésité.

Prédisposition à l’intimidation

Une étude a révélé que « plus un enfant de 2 ans passe de temps devant la télévision, plus il risque de subir de l'intimidation à la fin de son primaire »5. Le lien? L’habitude de passer du temps devant les écrans réduit les moments consacrés à socialiser et à développer des aptitudes pour les relations interpersonnelles. La télévision n’enseigne pas à s’affirmer. Une vraie petite dispute entre frères et sœurs, oui!

Ces quelques constats ne sont que la pointe de l’iceberg, car plus on explore la littérature, plus on en trouve. Alors, face à cette réalité, quelle est la recommandation officielle? Selon la Société canadienne de pédiatrie, les bébés de 0 à 2 ans ne devraient tout simplement pas être exposés à des écrans (tous types confondus). Les enfants de 2 à 4 ans devraient y consacrer moins d’une heure par jour, et les 5 à 11 ans, deux heures par jour maximum. 

Réaliste, cette recommandation? Il semblerait qu’elle est difficilement applicable, si on en croit les données de l’INSPQ : les niveaux d’exposition à la télévision atteindraient en moyenne 8,82 heures par semaine chez les enfants âgés de 2 ans et demi6. Comprenons qu’il est tout à fait légitime pour les parents surchargés que nous sommes d’avoir besoin d’un « break » de temps à autre, et c’est souvent le rôle que remplit la télé. Ceci dit, tout est une question de mesure. Il faut savoir reconnaître si une dépendance se crée chez l’enfant et y remédier rapidement. En outre, quand on connaît mieux les effets des écrans, on devient davantage motivé à développer d’autres champs d’intérêt chez nos enfants.