Retour vers Notre blogue

Est-il important de lire pendant les vacances?

Écrit par : Karina Fiset

13 juillet 2017

Plusieurs parents qui viennent me consulter à la Clinique de lecture et d’écriture veulent profiter de la période estivale pour motiver leur enfant à lire et ils souhaitent que je leur dresse un programme de travaux d’été. D’autres parents voient leur enfant fatigué après une année scolaire ponctuée d’efforts et ils pensent plutôt qu’une pause bien méritée permettra d’entamer la rentrée prochaine dans de bonnes dispositions. Quelle est la meilleure stratégie à adopter : lecture quotidienne, vacances complètes ou un savant dosage des deux?  

Combien de temps consacrer à la lecture?

Tout d’abord, il faut se rappeler que les bons lecteurs lisent généralement pendant les vacances. Celui qui ne lit pas accusera un retard par rapport à ceux qui choisissent la lecture comme passe-temps, même s’il a obtenu de bonnes notes à l’école. Évidemment, ce retard sera d’autant plus grand si l’enfant éprouve déjà certaines difficultés scolaires. Autrement dit, plus un enfant a des réticences envers les livres, plus il bénéficierait d’intégrer la lecture à ses activités estivales.

Une approche équilibrée, prenant en compte autant les difficultés de l’enfant que son besoin de détente, est donc à privilégier ici. Les « vacances intellectuelles » pourraient, par exemple, être fixées à deux jours par semaine et à deux semaines complètes pendant l’été. Le reste du temps, l’enfant devrait lire au moins 30 minutes par jour.  

La lecture, pas qu’une histoire de livres

Une fois qu’on sait qu’il vaut mieux lire pendant les vacances, on peut se demander quels livres choisir. Pour le bon lecteur, la question ne se pose pas : il a déjà hâte de dévorer son roman ou sa collection de bandes dessinées.

Toutefois, pour celui qui a du retard à rattraper, est-ce une bonne idée réviser le manuel scolaire et de reprendre les tests pour lesquels la note a été insatisfaisante? Non. Votre enfant sera plus motivé à aller vers des livres qui le changent du contexte de classe et, idéalement, pour lesquels il a un intérêt. C’est le moment de mettre à sa disposition du matériel varié : revues scientifiques pour les jeunes, encyclopédies sur les animaux, consignes pour effectuer des tours de magie, pour construire une cabane d’oiseaux, jardiner, etc. On trouve de très bons sites Internet avec des articles pour les jeunes, comme le blogue de la zone jeunesse de Radio-Canada.

Si votre enfant est sportif, proposez-lui un livre qui traite d’un sport qu’il aime ou qu’il aimerait pratiquer dans lequel il trouvera des informations variées : l’histoire du sport, l’équipement, les compétitions, la sécurité, etc. Ou bien choisissez une revue traitant de l’actualité sportive pour une discipline qui le passionne. 

Enfin, une autre façon d’intégrer la lecture en douceur est de jouer à des jeux de société en famille. Même s’il ne s’agit pas d’un jeu axé sur la pédagogie ou le français (comme le Scrabble, par exemple), il faut lire les règlements pour jouer et ça, c’est déjà de la lecture!    

Et si mon enfant est fatigué?   

Si la tâche paraît lourde, il est possible que votre enfant n’arrive pas à comprendre suffisamment les textes de son âge pour que la lecture reste stimulante. La solution est de prendre le temps de s’asseoir et de lire avec lui. Votre aide est précieuse et elle peut faire la différence entre un été de torture ou de plaisir… à lire!   

 

Prochain article

Voyager sans faire exploser son budget

Par François Gagnon