Retour vers Notre blogue

Guide anti-panique pour les coliques

Écrit par : Isabelle Lessard

24 mai 2019

Se sentir impuissant à soulager un bébé qui semble avoir mal au ventre peut être très difficile à vivre pour certains parents, selon la tolérance au stress de chacun. En effet, non seulement on peut se sentir démuni, mais le sentiment d’urgence qui monte en flèche, en même temps que les décibels, peut aussi rendre la réflexion et la prise de décision plus ardues.

D’abord, il faut savoir que les pleurs sont normaux. Entre 15 et 30 % des bébés en santé pleurent plus de 3 h par jour! Les pleurs varient en intensité selon l’âge et culminent généralement vers 6 semaines, pour diminuer à partir de 3 mois*.  Afin de les gérer le mieux possible, voici quelques trucs, rassemblés sous 5 mots-clés :

  • Réchauffer : une douce chaleur sur le ventre de bébé peut l’aider. Emmaillotez bébé, frottez doucement son petit bedon, utilisez une bouillotte tiède enveloppée dans une serviette, ou encore collez bébé contre vous dans un porte-bébé ventral. Le peau contre peau est aussi une excellente idée! Vous pouvez également coucher bébé contre vous, à plat ventre sur votre avant-bras, face vers le bas.
  • Rassurer : parlez doucement à bébé. Chantez-lui des chansons, pour lui permettre de détourner son attention de ses sensations physiques. Si ses habitudes de boires (allaitement ou biberon) sont bien acquises, une suce peut être une bonne idée, car il est rassurant pour lui de téter. Attardez-vous également à l’environnement afin d’identifier et de réduire les irritants éventuels (bruit, éclairage, source de stress, tabagisme). Ne craignez surtout pas de le « gâter »; à cet âge, bébé n’est pas en mesure de vous manipuler et il a besoin de tout votre amour.
  • Bercer ou faire vibrer légèrement : promenez-vous avec bébé dans les bras, tant pour le faire bouger que pour le distraire, ou encore bercez-le dans un endroit calme. Une balançoire pour bébé ou une chaise vibrante peuvent aider à faire passer les sensations douloureuses. Une autre bonne idée : un tour en voiture!
  • Nourrir différemment : s’il boit au biberon, bébé peut souffrir d’avoir avalé de l’air en buvant. Assurez-vous de tenir le biberon suffisamment incliné pour que la tétine soit toujours remplie de lait. Vous pouvez également donner des petits boires plus fréquents. Surtout, assurez-vous de faire faire un rot avant et après le boire et installez bébé dans un siège en position redressée après les boires.
  • Sécuriser : patience! Surtout, ne vous laissez pas envahir par cette impression d’impuissance.  Ce que vous faites n’est pas rien, car en évitant de céder à la panique vous offrez à bébé ce dont il a le plus besoin : un environnement sécuritaire. Surtout, ne jamais secouer un enfant! Besoin de vous calmer? Déposez bébé dans sa couchette et sortez de sa chambre, prenez un thé, appelez du renfort, respirez, écoutez votre chanson préférée! Puis retournez 5 minutes plus tard, un peu plus serein.

Si toutefois la fréquence ou la nature des pleurs vous inquiète encore, si vous soupçonnez une intolérance alimentaire ou vous souhaitez consulter, alors commencez à tenir un petit journal où vous noterez :

  • Ce que bébé mange ou, s’il est allaité, ce que maman mange
  • Les heures où bébé est nourri
  • Les moments où les pleurs se manifestent
  • Les habitudes ou activités de la maisonnée qui précèdent les pleurs ou surviennent au même moment qu’eux (le bain? La difficulté à coucher un grand frère ou une grande sœur? Le tabagisme d’un parent?)
  • Les habitudes d’élimination de bébé (nombre de couches par jour)

Enfin, de nombreuses ressources peuvent vous venir en aide. N’hésitez pas à contacter votre CLSC, le service Info-Santé (811) ou encore votre pharmacien!

 

*Source : Programme périnatal de prévention du syndrome du bébé secoué