Retour vers Notre blogue

Les adolescents et la course aux J'aime

Écrit par : Michael Labiouse

29 novembre 2016

L'ARCEP (autorité de régulation des communications électroniques et des postes) fait paraître, en France, des chiffres quant aux utilisateurs de réseaux sociaux sur la toile. On peut y lire ceci : «environ 80 % des 12-17 ans utilisent au moins un média social1». Une autre étude, réalisée par médiamétrie2, met de l’avant, pour l'année 2015, que 88 % des 15-24 ans utilisent au moins un réseau social. Des chiffres qui montrent l’importante place qu’occupent les médias sociaux!

J'ai besoin de J'aime, d’abonnés...

L’adolescence est une période où la recherche d'identité se fait souvent au travers des autres, au travers du « qu'en-dira-t-on ». Être cool aux yeux des autres et être populaire virtuellement devrait attirer la véritable popularité dès le lendemain dans la cour d'école.

Les jeunes ont tendance à sortir une image d'un contexte, à travailler celle-ci (en la retouchant et en adoptant une attitude étudiée) dans le but d'être et d'exister sur la toile. Le pouvoir des technologies jouant ici dans la boîte à outils de l'adolescent en recherche de preuves quant à son existence dans ce monde qu'il découvre.

Pourtant, et malheureusement pour certains, il se passe dans cette démarche une perte totale de conscience et d'objectivité ou un oubli trop rapide de la notion de « ce qui est mis en ligne reste en ligne ». Ce qui plaît aujourd'hui ne sera probablement bientôt plus d'actualité dans l'évolution de l'adolescent. Mais, malgré tout cela, il est important de se rappeler qu’Internet et les médias sociaux font partie de notre quotidien. Il ne faut donc pas les haïr, mais bien apprendre à les utiliser avec justesse et dans le respect de nos valeurs.

Les 3 clés du J'aime chez nos ados...

1. Cliquer J’aime simplement pour montrer un intérêt sincère et objectif à la démarche de publication d'un camarade. Comme de jeunes adultes, l'adolescent va chercher à s'affirmer dans divers domaines.

2. Montrer un intérêt plus personnel envers la personne ayant publié la parution qui se voit gratifiée d'un J'aime. Un simple clic pouvant jouer sur la suite de l'année scolaire, par exemple. Peut-être est-ce fait dans la recherche d'appartenance à un groupe, peut-être plus simplement pour chercher à montrer à l'autre l'intérêt qu'on lui porte en cliquant sur le J'aime placé sous sa photo.

3. Un J'aime purement égoïste et calculateur. Ce J’aime accordé devrait en rapporter un en contrepartie... Un placement judicieux dans cette recherche d'existence sur les médias sociaux. Une transaction de plus en plus répandue où le J'aime devient un échange de bons procédés.

Comment agir envers son ado :

  • Ne le jugez pas; il ne comprendrait pas.
  • Sensibilisez-le à établir ses priorités dans la vie.
  • Sensibilisez-le à réfléchir avant de publier quelque chose en ligne.
  • Travaillez en équipe pour comprendre. Il en sait plus que vous à propos d’Internet et vous en savez plus que lui sur la vie...

 

1Données tirées de http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/CREDOC-Rapport-enquete-diffusion-TIC-France_CGE-ARCEP_nov2015.pdf
2Données tirées de http://www.mediametrie.fr/comportements/solutions/reseaux-sociaux.php?id=107

 

Michaël Labiouse
Mica L Coaching
Intervenant à domicile
Coach familial membre du Réseau Nanny Secours

 

 

Prochain article

Être parent: mon ado veut inviter son amoureux à la maison pour la nuit

Par Stéphanie Deslauriers

Dans sa nouvelle capsule, Stéphanie Deslauriers, psychoéducatrice donne quelques outils pour répondre à la fameuse question « est-ce que mon copain/ma copine peut venir dormir à la maison ?».

Chat