Retour vers Notre blogue

Mes parents aiment plus mon frère que moi

Écrit par : Nanny Secours

28 mars 2014

Quel parent n’a pas entendu, un jour, un de ses enfants lui dire : « Tu l’aimes plus que moi ! » ? La majorité s’empressera de répondre : « Mais non, mon p’tit loup, je t’aime autant que ta sœur. » Mais qu’en est-il vraiment ? Aime-t-on ses enfants de la même façon ? Avons-nous un préféré sans nous l’avouer ?

Pour la plupart d’entre nous, l’amour que nous portons à nos enfants est inconditionnel, malgré la grande habileté de certains à nous faire sortir de nos gonds. Il peut cependant arriver qu’un parent ait l’impression d’en aimer un plus que l’autre. Cette impression peut parfois être provoquée par une communication plus laborieuse avec l’autre enfant ou encore à une détérioration du lien affectif engendré par des conflits perpétuels. Mais est-ce vraiment moins aimer cet enfant dont nous avons pris soin depuis sa conception ?

Parfois, ce sont les enfants eux-mêmes qui se sentent moins aimés que les autres enfants de la famille. Cette impression peut aussi être causée par des conflits répétitifs ou une communication difficile. Il est aussi possible qu’elle soit provoquée par une rivalité au niveau de la fratrie. Certains enfants sont plus sensibles aux inégalités.

Comment intervenir ?

  • Ne niez pas ce que l’enfant ressent. Même si, selon vous, le fait qu’il pense que vous l’aimez moins que les autres est injustifié, il le perçoit tout de même de la sorte. Écoutez-le et tentez de comprendre son point de vue.
  • Expliquez l’amour que vous avez pour vos enfants en utilisant une image ou un objet. Ceci vous permettra de mettre en relief certaines caractéristiques qui lui sont propres. Par exemple : « Je t’aime comme un dauphin parce que tu es toujours prêt à aider les autres et tu acceptes de coopérer aisément. Tout comme eux, tu es doux mais tu sais aussi t’affirmer et j’admire ça chez toi. » Et à l'autre enfant : « Je t’aime comme un beau gros chien Bouvier Bernois car tu es très affectueux et tu es très sociable. Tu n’as pas peur d’aller vers les autres et tu es toujours prêt à participer à ce qu’on te propose. Je trouve ça génial que tu sois comme ça ! »
  • Évitez de comparer vos enfants. « Prends exemple sur ton frère, il fait toujours ce qu’on lui demande dès la première fois. »  
  • Lors d’un conflit, évitez de prendre la défense d’un des enfants. Encouragez plutôt vos enfants à trouver une solution ensemble et surtout à imposer eux-mêmes leurs propres limites.
  • Ayez des moments privilégiés seuls avec chacun de vos enfants. S’il le faut, inscrivez sur un calendrier ces moments passés avec chacun afin que vos enfants aient un support visuel qui leur confirme que le temps passé avec les autres enfants est égal pour tous. Mais ne tentez pas d’être égal à tout prix. L’important est surtout de répondre à leurs besoins qui sont différents pour chaque personne.
  • Soyez conscient des mots que vous utilisez avec vos enfants. « Sois patient, je dois m’occuper de ton petit frère. Tu es grand toi ! » Il y a de fortes chances pour que votre enfant trouve qu’être grand, ce n’est pas très avantageux ! En changeant votre formulation, vous réduisez les risques que votre enfant voie votre autre enfant comme un rival. « Oui mon chéri, on va faire un casse-tête ensemble dès que j’aurai changé la couche de ton petit frère. J’ai hâte ! J’aime ça, jouer avec toi ! Je me dépêche. »
  • Proposez des activités parascolaires différentes pour chaque enfant afin qu’ils évitent de se comparer.
  • Mettez en avant les forces de chacun. « Julien est le sportif de la famille et Camille notre artiste! »

Pour conclure, il est important de ne pas quantifier votre amour. Voici une astuce d’une collègue : prenez un cœur en papier devant votre enfant : « Disons que ce cœur en papier représente tout l'amour que j’ai pour toi. » Déchirez le cœur en deux et dites-à votre enfant en lui montrant un demi-cœur à la fois : « Toi, tu penses que je donne cet amour-là à ton frère et cet amour-là à toi ? » Mais sortez alors 2 ou 3 autres cœurs intacts et expliquez lui : « Mais non, mon chéri : j’ai cet amour tout entier pour toi », et en prenant un autre cœur, « et cet amour-là pour ton frère », et au besoin encore un autre cœur, « et cet amour-là pour ta sœur », etc.

Vous aimez vos enfants inconditionnellement, pour des raisons différentes !

 

Hélène Fagnan, coach familial
Fondatrice de Nanny secours

Hélène Fagnan sur Google+

 

Prochain article

La samba du centre d’achats !

Par Nanny Secours

Lors de sorties, vous est-il déjà arrivé de voir un enfant hurlant et se tordant au sol pour obtenir quelque chose ? Peut-être vous êtes-vous dit : « Mais que font les parents ? » Et peut-être êtes-vous vous-même un parent ayant vécu la fameuse « danse du bacon » ?En lisant cet article, vous comprendrez mieux les origines de la « danse du bacon » et vous trouverez des conseils pour réagir adéquatement.