Retour vers Notre blogue

REEE, CELI, REER : que choisir ?

Écrit par : Universitas

10 juin 2015

L’Agence du revenu du Canada (ARC) a récemment annoncé le nouveau plafond des cotisations au CELI, passant ainsi de 5 500 $ à 10 000 $ par année par individu (soit 20 000 $ / an pour un couple).

Bien que cette nouvelle soit positive, favorisant ainsi l’accumulation d’épargne à l’abri  de l’impôt, il n’en demeure pas moins que la capacité d’épargne des Québécois est de moins en moins grande, en raison entre autres des nombreuses dépenses et du ratio d’endettement qui augmente année après année, particulièrement pour les jeunes familles. Vient alors LA question : dans quel type de placement investir afin de maximiser son retour sur l’investissement ?

Nous ne sommes pas les seuls à le dire, plusieurs spécialistes et analystes financiers se sont prononcés sur la question encore cette année. Pour les parents, il s’avère plus intéressant d’investir d’abord dans un régime enregistré d’épargne-études (REEE). Pourtant, selon une récente étude des Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada), seulement 53 % des parents canadiens affirment investir dans un tel programme. Au Québec, ce pourcentage chute à 42,8 %1.

Quels sont les avantages du REEE

Pourquoi les parents devaient-ils songer à investir dans un REEE avant le CELI ou le REER ?

1. Les subventions gouvernementales : Les deux paliers gouvernementaux offrent de généreuses subventions, bonifiant le REEE de 30 % à 60 %2 des premiers 2 500 $ investis annuellement. En plus des revenus accumulés sur le capital et sur les subventions, il est difficile de penser à un retour sur investissement  aussi élevé avec un autre véhicule de placement.  

2. « Faire rouler son REEE » : Pour une famille composée de plusieurs enfants, il s’avère intéressant de réinvestir le capital retiré à l’échéance du REEE du 1er enfant (une fois ses études postsecondaires amorcées) vers le REEE des autres enfants. Cela vous permettra entre autres de maximiser les subventions gouvernementales auxquelles vous avez droit.

3. Réinvestir son capital dans un autre type de placement : Une fois que votre enfant a amorcé ses études et qu’il bénéficie de ses paiements d’aide aux études, le capital investi dans le REEE vous sera remboursé. Vous pourrez alors le réinvestir dans votre REER ou dans votre CELI, bénéficiant ainsi des avantages de ces autres types de placement.

Voici un tableau* qui présente les avantages d’un placement dans un REEE versus un placement hors REEE.

Précisons aussi que plus tôt vous commencerez à investir pour les études postsecondaires de votre enfant (dès sa naissance idéalement), plus importantes seront les sommes disponibles pour ses études. En considérant qu’il en coûtera 142 000 $3 pour effectuer deux années de cégep et trois années d’universités dans 20 ans, mieux vaut s’y préparer le plus tôt possible.

Cependant, si votre enfant est plus vieux, il ne faut tout de même pas écarter l’option d’ouvrir  un REEE en raison du retour sur l’investissement important que procurent les subventions gouvernementales. Il est d’ailleurs possible de faire du « rattrapage de subventions » si vous commencez à investir tardivement dans un REEE. Vous pouvez alors investir un maximum de 5 000 $ par année, ce qui vous permettra de récupérer le plus de subventions non-utilisées auxquelles vous avez droit4.


1. Statistiques provenant du Programme canadien pour l'épargne-études (PCEE) – 2013

2. Subvention canadienne pour l'épargne-études (SCEE) de 20 % à 40 %. Incitatif québécois à l'épargne-études (IQEE) de 10 % à 20 %. Bon d'études canadien (BEC) pouvant atteindre 2 000 $, pour un enfant né après le 31 décembre 2003 et dont la famille reçoit le Supplément de prestation nationale pour enfants. Selon le revenu familial net. Certaines conditions s'appliquent. Consultez notre prospectus ou contactez l'un de nos représentants.

3. Coût pour compléter deux années de Cégep et trois années d’université au Québec, logement inclus. Selon les coûts de 2014, augmentation annuelle de 1,9 %. Calculs effectués sur la base des chiffres fournis par : ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, ministère de la Famille et des Aînés, Statistique Canada, SCHL.

4. Certaines conditions s’appliquent. Consultez notre prospectus disponible à universitas.ca pour obtenir plus d’informations à cet effet.

Prochain article

Grandir sainement en 5 conférences

Par Universitas

Le 20 mai dernier, Universitas réunissait une communauté de blogueurs et de blogueuses du domaine de la famille dans le cadre d'une soirée privée. L’événement fut un succès !