Retour vers Notre blogue

Trucs pour contrôler la consommation de sucre de vos enfants

Écrit par : Hélène Fagnan

16 avril 2014

Avez-vous des petites « bibittes à sucre » à la maison ? Arrivez-vous à contrôler leur consommation en sucre ? Comment réagissent-ils lorsque vous refusez de leur acheter du chocolat, des bonbons ou encore des boissons gazeuses ? Les enfants restent rarement indifférents à ce type de refus.

Voici donc quelques stratégies pour vous venir en aide :

Déterminez la quantité et le moment pour les sucreries. Ce type d’aliments doit être consommé avec parcimonie. Vous pourriez donc associer cette consommation à des évènements spéciaux tels que Noël, Halloween, les anniversaires, ou les soirées spéciales, etc. Attention, rappelez-vous qu’un évènement spécial reste un évènement occasionnel !

Donnez des consignes claires ! Rien de mieux que de clarifier vos attentes dès le départ. Par exemple, avant d’entrer dans un endroit où il y aura des tentations sucrées, prenez le temps de dire à vos enfants s’ils auront le droit ou pas d’en manger. Si oui, indiquez-leur une quantité.

En cas de crise :

1- Reflet et empathie.

« Tu es fâché parce que tu aurais aimé manger des bonbons. Je comprends. C’est vrai qu’ils sont bons ces bonbons-là. Tu pourras en manger lors de notre prochaine sortie au cinéma si tu veux. »

2- Ignorez la crise.

Votre enfant réagit à la contrainte que vous lui imposez, ce qui est tout à fait normal. Plus vous serez constant dans l’application de vos règles et moins il réagira. L’important est de ne pas tenter de le raisonner, mais bien de vous détacher de son comportement. Moins il obtiendra d’attention de votre part, moins la crise durera.

3- Retournez à vos occupations.

Une fois que vous aurez reconnu les sentiments vécus par votre enfant et que vous aurez ignoré  sa crise, il est temps de vous occuper à faire quelque chose avec enthousiasme. Nul besoin de rester près de votre enfant. Lorsqu’il semble se calmer, invitez-le à se joindre à vous s’il le désire.

4- Renforcement positif.

Une fois que tout est rentré dans l’ordre, prenez le temps de souligner à votre enfant ses efforts pour revenir au calme seul, sans toutefois être excessif. Par exemple, vous pourriez vous pencher vers lui et lui parler tout doucement, accompagné d’un petit clin d’œil : « Je te félicite, mon coco. Tu étais très fâché tout à l’heure, mais tu t’es calmé tout seul. Tu deviens super bon ! Bravo ! »

Il fait TOUJOURS une crise.

Observez votre enfant

Si les crises deviennent récurrentes, un petit exercice d’observation pourrait être bénéfique pour mieux comprendre ce qui le pousse à continuer d’utiliser cette façon de faire. Je vous invite aussi à revoir les points précédemment proposés pour vous assurer que vous les avez bien mis en place.

Responsabilisez votre enfant

Au fur et à mesure que votre enfant vieillira, vous pourrez l’amener à gérer par lui-même sa consommation de sucre. Demandez-lui de se limiter dans la quantité. « D’après toi, quelle quantité serait raisonnable pour ce soir ? »

Soyez constant.

Il n’est pas recommandé de cacher ce type d’aliments afin d’éviter que l’enfant les perçoive comme interdits et donc alléchants ! Cependant, surtout pour les jeunes enfants, il est illusoire de penser qu’ils contrôlent assez leurs pulsions pour ne pas succomber à la tentation si elle se trouve sous leur nez. C’est pourquoi je vous encourage à vous aussi réserver ces sucreries pour des évènements spéciaux. Vous enseignerez par le fait même à vos enfants à faire des choix d’aliments sains.

L’idée n’est pas d’interdire ou de bannir les sucreries, mais d’en encadrer la consommation, pour le bien-être de tous les membres de la famille.

 

Hélène Fagnan, coach familial
Fondatrice de Nanny secours

Hélène Fagnan sur Google+

Prochain article

Mes parents aiment plus mon frère que moi

Par Hélène Fagnan

« C’est pas juste ! Tu l’aimes plus que moi de toute façon ! » Que répondre à nos enfants et comment réagir lorsque l’un de nos enfants nous lance cette phrase ?

Chat